La colère

La colère est une émotion simple, une réaction de protection, qui traduit l'insatisfaction. Elle vise à préserver notre intégrité quand nous sentons que nos limites ont été franchies, quand nous nous sentons envahi.e.s. La colère est l'expression d'un "non" à l'injustice.


Elle est vécue à l'égard de ce que nous identifions, à tort ou à raison, comme étant "responsable" de notre frustration. Ainsi, nous éprouvons de la colère envers "l'obstacle" à notre satisfaction.

C'est sur cette notion que la colère peut se différencier de la tristesse (qui elle aussi traduit une frustration). Dans la tristesse, nous sommes directement en contact avec le manque lui-même, alors que la colère est une réaction à la cause de la frustration.


La colère peut être une émotion particulièrement puissante caractérisée par des sentiments d'hostilité, d'agitation, de frustration envers les autres.


Quels sont les déclencheurs de la colère ?

  • Frustration devant un obstacle que nous n'arrivons pas à franchir,

  • Injustice ou impression d'injustice,

  • Dommages causés par un tiers,

  • Atteinte à son intégrité physique ou psychique,

  • Atteinte à notre sytème de valeurs, etc.


À quoi sert la colère ? La colère nous prépare "au combat" en nous poussant à agir ou le rend inutile en intimidant l'autre.

Elle a donc deux fonctions : Préparer à l'action & Communiquer son intention.


D'une certaine façon, la colère va nous permettre de sortir de l'impuissance et de contrôler un peu la situation. Elle va nous permettre de nous positionner et d'affirmer notre identité pour défendre notre intégrité. La colère permet ainsi l'affirmation de soi.


Bien que la colère soit souvent considérée comme une émotion négative, elle peut avoir dans certains cas des conséquences positives.

Ressentir de la colère peut être constructif (ex : clarifier vos besoins dans une relation, vous motiver à agir et à trouver des solutions aux situations qui vous dérangent, etc.).


Cependant, la colère peut être problématique lorsqu'elle est excessive ou exprimée de manière malsaine, dangereuse ou nuisible aux autres. La colère incontrôlée peut rapidement se transformer en agression, abus ou violence.

Ce type d'émotion peut avoir des conséquences mentales et physiques . Une colère incontrôlée peut rendre difficile la prise de décisions rationnelles et peut même avoir un impact sur notre santé physique.


La colère est la seule émotion qui ne s'apaise pas lorsqu'elle est exprimée à chaud. Trop de colère entraine de l’agressivité, ce qui minimise nos chances d’être entendu.e et donc de voir nos besoins respectés.


Comment pouvons-nous gérer la colère ?

  • En quittant la situation dans un premier temps

  • En analysant la situation pour comprendre sa colère

  • En l’exprimant via la communication non violente (si le sujet vous intéresse, je ferai un article sur la communication non violente).

Mettre un nom sur les émotions que nous vivons permet de mieux les comprendre pour pouvoir ensuite les communiquer.

Voici une liste non exhaustive des émotions qui découlent de l'émotion primaire "Colère" :



Résumons

Langage corporel de la colère :

  • Visage contracté (sourcils froncés, dents serrées...).

  • Tension musculaire du cou et des membres supérieurs (poings serrés).

  • Augmentation du rythme cardiaque.

  • Augmentation de la fréquence respiratoire.

Fonctions de la colère :

  • Elle signale un sentiment de frustration (lié à une situation injuste, menaçante, interférante avec la satisfaction de nos désirs).

  • Elle est vécue à l'égard de quelqu'un (autrui ou soi-même) ou de quelque chose (situation, comportement, idée).

  • Elle permet de défendre nos droits.

  • Elle permet de nous donner de l'énergie pour lutter contre l'injustice.

Les nuances de la colère :

Agacement, irritation, amertume, contrariété, animosité, hostilité, aversion, exaspération, fureur, haine, hargne, rage, révolte.



À VOUS DE JOUER !

Prenez un temps avec vous-même pour explorer :

  • Quels sont les mots qui définissent votre colère ? (ex : Je suis agacé.e, en colère, etc.).

  • Quelles sont les situations qui déclenchent votre colère ? (ex : quand je me sens rejeté.e, quand je vis une injustice, etc.).

  • Qu'est-ce que vous ressentez quand vous êtes en colère ? (ex : raideur musculaire, joues rouges, etc.).

  • Qu'est-ce que vous faites quand vous êtes en colère ? (ex : je fronce les sourcils, je serre les dents, etc.).

  • Quelles sont les conséquences de votre colère ? (ex : je rumine la situation, je me dispute avec mes proches, etc.).

  • Qu'est-ce qui peut vous donner du réconfort quand vous êtes en colère ? (ex : prendre un bain, écouter de la musique, etc.).


Juliette Marty


Sources :


Ekman, P. (1999).Émotions de base.Handbook of Cognition and Emotion, 45-57.Récupéré de https://www.paulekman.com/wp-content/uploads/2013/07/Basic-Emotions.pdf


Staicu, M.L et Cutov, M. (2010). Anger and health risk behaviors . J Med Life. ; 3 (4): 372-5.


Desseilles, M et Milolajczak, M. (2013). Vivre mieux avec ses émotions. Odile Jacob.


Ducasse, D et Brand-Arpon, V. (2017). Borderline, Cahier pratique de thérapie à domicile. Odile Jacob


Couzon, E et Dorn, F. (2019). Les émotions. Faire de ses émotions une force. ESF Sciences Humaines.


Kotsou, I. (2019). L'intelligence émotionnelle. Jouvence Editions.



63 vues0 commentaire